1976 - Clôture

130 x 130

1976

130 x 97

1976

220 x 110

 

Michel Arnaudiés

1970 - 1980

Le plâtre a séché, il est vrai que le papier ne l'a pas bu, et les crevasses sont nombreuses, on peut dire avec la meilleure bonne foi du monde paysan que le hasard a bien fait les choses dites mamelons, arêtes, escarpements. Ar(t)naudiés est un écologiste qui s'ignore. « Cézanne est notre maître à tous », comme l'affirmait Matisse. Et la phrase devient interrogative devant le blanc du papier, ou le bois cloué sur le contreplaqué, ou le grillage grâce à quoi, si le «tableau» est placé en pleine nature, le paysage apparaît dans sa nudité ou sa magnificence. La propriété, c'est le grillage. Ici il ne clôt rien, et si le papier en a retenu tous ses traits, ses figures répétitives, c'est pour mieux faire voir cette utilisation double du matériau dérisoire, antagoniste, productif de certains dessins.
Si Arnaudiés avait été élève aux Beaux-Arts, il aurait lu sur ses devoirs: »Vous avez grand besoin d'apprendre la perspective >, mots écrits par un Bouguereau cuvée 77. Ajoutons que ce professeur et ceux qui l'écoutent ne verraient pas si d'aventure ils passaient à côté de ces portes (pour simplifier, ces constructions ne sont pas que ça), dehors ou dans un musée, ce que Matisse appelle « une chose nouvelle ». Elles sont ouvragées et grillagées. La montagne s'y découpe, telle qu'on croit qu'elle est. Le pré s'étend comme si c'était celui dont l'herbe est coupée par exemple. Les arbres y perdent leurs feuilles puisque, semble-t-il, c'est l'automne. Les saisons passent et ce témoin-ci, cette fenêtre, là, eux sont comme les signes passagers des jours ou des années de la nature.
«Le peintre ne pourra perdre, s'il est sensible, l'apport de la génération qui l'a précédé car il est en lui, cet apport, malgré lui. Il est pourtant nécessaire qu'il s'en dégage pour donner lui-même et à son tour une chose nouvelle » (Matisse). Ce qu'est donc devenu le paysagisme tant décrié aujourd'hui? La maison n'est plus blanche. Les murs ont subi l'érosion de la pluie ou du soleil. Il faut replâtrer ce mur, c'est écrit sur le papier à dessin. D'autre part les portes ne ferment plus. Elles battent sous l'effet du vent du nord. Et le poulailler n'abrite ni poules ni coqs, ni faisans de tous bords. Le bois a une qualité autre, ce mot est juste, ici et là, le grillage qui fur utile, ils rassuraient tous ces animaux, et puis ils faisaient vivre tous ces braves gens, sachons qu'Arnaudiés les défie comme il défierait des maîtres influents.

 

Georges Badin (Artiste peintre)

 

1976

146 x 114